Les officiers allemands prisonniers à Barcelonnette

Kriegsgefangenenlager
Les prisonniers allemands à Barcelonnette

 

Lors de la première guerre mondiale, les troupes habituellement cantonnées en Ubaye partent pour le front à partir du 6 août 1914. Elles sont remplacées par deux compagnies spéciales dites compagnies de garde, fournies par les dépôts des 52e et 157e RI.
- la 1re compagnie du 52e RI à Jausiers, Tournoux et dans les ouvrages avoisinants
- la 2e compagnie du 157e RI à Barcelonnette et à Saint-Vincent.
Ces compagnies ont pour mission d'assurer la garde des bâtiments puis celle des prisonniers de guerre.
Dès octobre 1914 on y trouve un camp pour prisonniers de guerre de troupes valides et un autre pour les officiers.
On y trouve ensuite en octobre 1915, un camp pour prisonniers de guerre de troupes inaptes au travail.
Ces deux camps sont dissous en novembre 1916.
A ce moment on créé un camp unique d'officiers allemands jusqu'au 13 février 1920.
Un autre camp est installé à Jausiers du 1er octobre 1918 au 15 mars 1920.
Auparavant, le quartier Breissand reçoit le Bataillon universitaire serbe de mai 1916 à novembre 1917 et des enfants réfugiés de la région parisienne de mai à septembre 1918.

Cette carte postale, datée de juin 1912, nous montre les casernes de Barcelonnette en cours de construction.

Ces nouvelles casernes, "les plus modernes et les plus confortables de France", peut-on lire dans la presse de l'époque, vont servir de centre de détention pour les officiers allemands prisonniers de la Grande Guerre.




Prisonniers allemands se rendant à pied à Barcelonnette depuis la gare de Prunières.










(photos publiées sur le Forum pages 14-18)














Le terrain de sport des prisonniers.


Le plan détaillé des casernes de Barcelonnette dressé par un prisonnier allemand.

Un groupe d'officiers allemands pose pour l'édition d'une carte-photo qu'ils utiliseront pour correspondre avec leurs familles.

Des cartes postales sont même éditées en allemand, à l'occasion des fêtes de Noël en décembre 1915.

 

Ces prisonniers ne paraissent pas trop souffrir de leur détention à Barcelonnette. Alors que partout dans le pays on réclame des prisonniers pour pallier au manque de main d'oeuvre du fait de la mobilisation générale, leur utilisation est interdite dans les zones frontières, et par conséquent, dans la Vallée. Quelques hommes de troupes affectés à Barcelonnette seront tout de même employés à la construction du chemin de fer de Gap à la Mure, dans la partie des Hautes-Alpes.


Cette autre carte légendée en allemand montre les douches des casernes. Ces conditions de détention heurtent une partie de l'opinion publique et provoquent même de vives réactions au sein du parlement, au regard de celles endurées par nos soldats envoyés au front.

 
Déclaration sur l'honneur

Je soussigné...

Déclare par la présente sur l'honneur que je n'utiliserai pas les promenades hebdomadaires ni les exercices de sport en dehors du Camp pour m'évader ou préparer une fuite, que je ne commettrai pas, pendant ce temps, aucun acte contre la sécurité de l'Etat français ou contre celle des états alliés et que je ne perturberai pas l'ordre public.
Cette obligation entre en vigueur après le départ du Camp. (Selon art. 38 de la Convention concernant l'Administration des Prisonniers de Guerre, conclue à Berne).

Barcelonnette, le ...........1918

Au premier novembre 1918, on dénombre 683 prisonniers à Barcelonnette : 537 officiers, 2 sous-officiers et 144 hommes de troupes.

Souvenirs d'un officier allemand





Lt. d. Res. Hugo Tönnes IR 144
Atelier Carl Schäfer Elberfeld, probablement 1916
(Croix de Fer 1re classe 14/08/1916)

Avec son commentaire (voir en bas de page), Hans Colsman nous a aimablement transmis quelques-uns des souvenirs laissés par son grand-père sur sa captivité à Barcelonnette.
Le Lieutenant Hugo Tönnes (1891-1977), originaire d'Elberfeld, a été détenu comme prisonnier de guerre du 10 mai 1917 au 8 février 1920 la plupart du temps à Barcelonnette. Contrairement à d'autres camps, les prisonniers étaient bien traités à Barcelonnette. Certains officiers avaient la permission de sortir du camp pour des excursions en montagne. Hugo Tönnes raconte que le commandant du camp avait été lui-même détenu en Allemagne pendant la guerre de 1870-1871 où il avait été bien traité. Pendant sa captivité, Hugo Tönnes écrivait chaque semaine à sa famille. Toutes ces correspondances ont été conservées. Parmi elles, figurait une série de cartes postales vierges de la vallée de l'Ubaye que le lieutenant à rapporté comme souvenir. Toutes ces cartes ont au verso le cachet de l'officier interprète du dépôt d'O.P.G. d'Albertville où a transité Hugo avant son retour en Allemagne.


   

   

   

   

   

Voici le type d'enveloppe et de carte utilisé par Hugo pour ses correspondances avec sa famille et ses amis.









Carte postale écrite par un camarade prisonnier en Suisse, adressée à Hugo Tönnes à Barcelonnette.





Parmi les souvenirs rapportés par Hugo Tönnes il y avait cette photo. C'est peut-être lui qui est présent sur ce cliché. Les officiers prisonniers ont été autorisés à cultiver un lopin de terre situé côté ouest des casernes.



Une autre photo montre la partie du jardin côté nord des casernes.





Une lettre d'adieu de Barcelonnette du 18 octobre 1919 ; les chemins des compagnons de jardin se séparent :
Gröhn va mettre en place une pépinière dans le Schleswig-Holstein.
Graf est directeur de banque en Bavière (Friedberg, plus tard Landshut).
Tönnes sera agriculteur en Rhénanie.




Toujours dans ces souvenirs, une aquarelle (70 x 120 mm) signée F.W. représentant le lac d'Allos et les Grandes Tours, dédiée au Lieutenant Tönnes.



Hugo Tönnes a aussi rapporté un petit fascicule xylographié représentant quelques dessins de la vallée de l'Ubaye. Ce document porte lui aussi le cachet de l'officier interprète d'Albertville. La mauvaise qualité du papier et l'impression indiquent un travail artisanal. Son auteur, R. Blumenschein, est un illustrateur caricaturiste allemand bien connu de la première guerre mondiale. Il est l'auteur de plusieurs Feldpostkarten. Il a donc fait partie des prisonniers détenus à Barcelonnette.




   

   

   

 

Avec l'envoi des gravures de Blumenschein, Hans Colsman m'indiquait : « I could nothing find about the artist, without this offer below, it may be interesting to you: »


Barcelonnette  (Original Mappe mit Deckelbild und 2 A5 Grafiken von R. Blumenschein, ein
Motivlinolschnitt des Deckelbildes der Mappe und 3 Originalzeichnungen von französischen
Ansichten aus dem 1. Weltkrieg und ein Foto der Kriegskameraden mit Namen).

Titillé par la curiosité, je me suis porté acquéreur de ce dossier attribué à R. Blumenschein et mis en vente par un antiquaire de Piltene en Lettonie. Il est constitué d'une chemise (16,4 x 23 cm) avec en couverture une gravure de Barcelonnette représentant les casernes avec en fond le Chapeau de Gendarme et le Pain de Sucre. Deux xylogravures (16 x 22,7 cm) de vues de l'Ubaye signées Blumenschein, identiques à celles du fascicule d'Hugo Tönnes, une linogravure (16 x 24,4 cm) du dessin de couverture, signée Blumenschein et datée du 1er octobre 1919 à Barcelonnette.





Deux dessins originaux non signés ; un réalisé à l'encre de chine représentant une vue Barcelonnette (12 x 19,4 cm) et un lavis à l'encre de chine du Pain de Sucre vu de Barcelonnette (12 x 18,3 cm).

    

Une aquarelle originale non signée représentant la ville de Sisteron vue de la citadelle, datée du 2 janvier 1917 à Sisteron (12 x 19,4 cm). Cela indiquerait que l'auteur a d'abord été détenu en captivité au dépôt d'officiers prisonniers de guerre de Sisteron avant d'être transféré à Barcelonnette.

Enfin une photographie (4,4 x 5,8 cm) de l'auteur avec ses compagnons d'armes et la liste de leurs noms.

 

Et à Jausiers...


Extrait du Journal des Basses-Alpes - 4 avril 1915.

Des prisonniers allemands ont été également détenus au Quartier Breissand à Jausiers. Une carte postale écrite le 21 octobre 1914 par un militaire du 3ème Bataillon territorial de chasseurs alpins en garnison à Jausiers mentionne la présence d'une dizaine d'officiers allemands.

Un groupe d'officiers allemands prisonniers quitte Jausiers le 26 mai 1915.


(Carte-photo collection Jacques Lagier)


Commentaires (9)

1. REYMOND 13/08/2016

Bonjour,
Et bravo pour votre site. C'est une mine de renseignements que l'on ne trouve pas ailleurs. Mais je n'ai rien trouvé sur les PG Allemands entre 1945 et 1948. Il y avait pourtant des équipes de déminage et sans doute des PGA pour la reconstruction des villages détruits. C'est ce que je recherche sous forme de témoignages, pour un prochain article à paraître dans les Annales des AHP. Merci pour votre aide.
Continuez !

2. H. Colsman 01/04/2015

Guten Tag,
im Nachlass meines Großvaters (1891 - 1977) befinden sich Hunderte von Briefen aus und nach Barcelonette. Er war von 10. Mai 1917 bis zum 8. Februar 1920 in Französischer Kriegsgefangenschaft, davon die meiste Zeit in Barcelonette. Im Gegensatz zu anderen Lagern wurde er dort gut behandelt. Die gefangenen Offiziere bekamen Urlaub auf Ehrenwort für Tagesausflüge in die Seealpen. Nach den Erzählungen meines Großvaters war der Lagerkommandant 1870/71 selbst in deutscher Kriegesgefangenschaft gut behandelt worden. Mit einigen seiner Mitgefangenen blieb der sein Leben lang befreundet.

3. LANDE Jehan 28/01/2015

Bonjour

Objet : Officiers et Hommes de troupe allemands, prisonniers de guerre dans la caserne de Barcelonnette

Ma question est la suivante :

Qui en 2015, détient et où se trouvent les livres de comptabilité pour la gestion du "commerce" qui existait, à l'intérieur du camp, entre les PG allemands et l'administration française qui leur vendait un peu de nécessaire pour l'amélioration de leur vie de tous les jours. On sait à ce jour, que les achats étaient réglés avec une monnaie et des billets en carton, dont la valeur imprimée sur chaque était en "centime" ou en "Franc" , mais qui n'avait aucune valeur à l'extérieur du camp, pour limiter le succès d'une évasion.

J'attends vos réponses et vous remercie par avance.
Jehan LANDE

4. Hans Wittmann 24/08/2014

Sehr geehrte Damen und Herren,
können Sie mir Auskunft geben und gibt es noch Unterlagen oder Informationen über meinen Großvater Friedrich Helmke (Reserve-Leutnant, *1.1.1985), der von 11/1918 bis 2/1920 im Lager Jausiers lebte ?
Mit freundlichem Gruß
HF Wittmann

5. Gasc Etienne 16/05/2013

Si la construction des casernes en 1911-1912 fut réalisée par l'entreprise BESSIRON et MOURET, les parties en béton armé(planchers, escaliers etc...)et les parties en pierre factice(encadrement de protes et de fenêtre etc..)fut confiées à l'entreprise MOLLLARET et CUYNAT.
Petit fils d'André CUYNAT j'ai commencé à écrire l'histoire de cette entreprise et suis intéressé par tout document concernant la construction des casernes.
Merci d'aavance
etienne.gasc@sfr.fr

6. LANDE Jehan 10/12/2012

Bonjour
Je vous envoie ce mail car je consulte assez souvent votre site, pour la partie carte postale qui est un véritable catalogue détaillé et dont je vous remercie pour votre travail.
Je collectionne tout ce qui concerne les prisonniers de guerre qui ont séjourné à Barcelonnette de 1914 à 1918 , saviez vous qu'il existe une marque de censure militaire de forme rectangulaire , encre violette avec seulement sur 2 lignes : CENSURE / BARCELONNETTE .

Cordialement

7. Jacques LAGIER 03/12/2009

Bonjour,
En classant mes cartes (je collectionne le 05!)je tombe sur ce départ des officiers Allemands de Jausiers le 28 mai 1915.
Cette carte peut complèter ce sujet que vous présentez si bien.
J Lagier

8. gardeau alain 24/08/2008

Jean-François, je ne me lasse pas de consulter ton site et je rêve de pouvoir, un jour pas trop éloigné, de découvrir un site aussi riche et évolutif pour l'ensemble du 04, où les vallées, les 'pays' prendraient progressivement leurs places dans l'entité: BASSES ALPES.
Cela doit pouvoir se faire; on se 'rassemble' et on y réfléchi?!
amicalement, Alain.

9. delille jean-yves (site web) 06/06/2008

bonsoir, sympa les cartes postales,je suis tombé dessus par hasard
encore une façon de s'instruire sur l'histoire de France...FELICITATION
BON COURAGE

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau