Les Barcelonnettes au Mexique

Sur les traces des Barcelonnettes au Mexique

Après un éprouvant voyage de Barcelonnette jusqu’à Saint-Nazaire, il fallait trois mois de traversée pour atteindre le Mexique au XIXe siècle. Avec l’arrivée des transatlantiques, le voyage ne dure plus que trois semaines.


Le paquebot "La Navarre" quittant Saint-Nazaire à destination de Veracruz. [coll. JFD]


Arrivée de "La Navarre" au port de Veracruz. [coll. JFD]


Débarquement sur le port de Veracruz. [coll. X]


Le port de Veracruz. Carte postale écrite en 1904 par J. Couttolenc. [coll. JFD]

Les activités commerciales


Une rue commerçante de Mexico ou l’on aperçoit un "restaurant de Paris". [coll. JFD]


Cette carte publicitaire de la "Fabrique de chapeaux et manufacture de poil"
des fils Pellotier a été imprimée en Italie. Elle précise "on parle français". [coll. JFD]


Une représentation de "La Ciudad de Londres" de J. Ollivier et Cie à Mexico. [coll. JFD]


Carte publicitaire du Centro Mercantil [coll. JFD]


Papier à en-tête du Centro Mercantil [coll. JFD]


Plaza de Armas - Grandes Almacenes El Centro Mercantil [coll. JFD]


Le magasin de nouveautés "El Centro Mercantil" de Sébastien Robert et Cie. [coll. JFD]


"El Centro Mercantil". [coll. JFD]


"El Centro Mercantil". [coll. JFD]


"El Centro Mercantil". [coll. JFD]


"El Centro Mercantil". [coll. JFD]


Portal de Mercaderes. A gauche, "El Centro Mercantil". [coll. JFD]


Façade côté Avenue 16 de Septiembre. [coll. JFD]


Avenida 16 de Septiembre. [coll. JFD]


Le comptoir du magasin "El Gran Oriental" à Mexico [coll. JFD]


"Las Fabricas Universales" édifiées par Alexandre Reynaud. [coll. JFD]


« La fête des fleurs du 15 mai et le char "Chantecler" des Fabriques Universelles.
Grande animation, sans grand résultat pour notre commerce ». [coll. X]


Carte postale publicitaire des grands magasins du "Palais de Fer" à Mexico,
société anonyme fondée par Jules Tron et Cie en 1898. Au dos est inscrit :
"Los almacenes màs grandes y mejor surtidos de la Républica". [coll. JFD]


Autre carte publicitaire. [coll. JFD]


Autre carte publicitaire [coll. RM]


Une autre représentation du "Palacio de Hierro". [coll. JFD]


"El Palacio de Hierro". [coll. JFD]

en savoir plus...
L'aventure architecturale des émigrants barcelonnettes France-Mexique : Inventaire non exhaustif du patrimoine monumental porté par les Barcelonnettes au Mexique et en France, entre 1860 et 1960, par Hélène Homps-Brousse.

 

   
"El Palacio de Hierro". [coll. JFD]


Un véhicule de livraison du "Palais de Fer". [coll. JFD]


L'autre côté du véhicule [coll. X]


Parade des employés du "Palacio de Hierro" aux fêtes du centenaire de l’indépendance
en septembre 1910. [coll. PMC]


Le char du "Palais de Fer" aux fêtes du centenaire de l’indépendance du Mexique
en septembre 1910. [coll. JFD]

incendie du Palacio de Hierro
Le Palacio de Hierro entièrement détruit par un incendie le 15 avril 1914. [coll. X]


Avenue du 20 Novembre. A gauche, "El Palacio de Hierro" et à droite, le "Liverpool Centro".
Au fond, la cathédrale Métropolitana. [coll. JFD]


Entête de lettre du "Puerto de Veracruz". [coll. JFD]


"Al Puerto de Veracruz". [coll. JFD]




"La Ciudad de Mexico" - Avenida Cinco de Mayo [coll. X]


Avenida Cinco de Mayo [coll. X]


Avenida Cinco de Mayo [coll. X]




Carte commerciale de "Las Fabricas de Francia" [coll. JFD]


"Las Fabricas de Francia" à Guadalajara. [coll. X]


Le magasin "Las Fabricas de Francia" à Guadalajara,
construit en 1901 dans le style "art nouveau",
au fond, le clocher de la cathédrale. [coll. JFD]


"Las Fabricas de Francia" à Tampico. [coll. JFD]


"Las Fabricas de Francia" à Tampico. [coll. JFD]


"Las Fabricas de Francia" à Tampico. [coll. JFD]

L’intérieur de "Las Fabricas de Francia" à Puebla, le rayon des chapeaux. [coll. PMC]


"Las Fabricas de Francia" à Torreon. [coll. JFD]


Carte commerciale de "Al Progreso" [coll. RM]


"Al Progreso" à Morelia [coll. RM]




"La Primavera" de Mexico, magasin de tissus, vêtements et nouveautés. [coll. JFD]


"La Primavera - Gran almacen de ropa" à Puebla. [coll. JFD]


"El Puerto de Liverpool" ropa y novedades, à Torreon, Coahuila. [coll. JFD]

 

   
Etiquettes utilisées pour marquer les coupons de tissus.

Les grandes manufactures textiles

En 1889, un groupe de commerçants originaires de Barcelonnette créé la "Compagnie Industrielle d’Orizaba S.A." L’usine de Rio Blanco, inaugurée en 1892, est alors la plus grande fabrique textile du Mexique.


Le siège de la CIDOSA à Mexico. [coll. JFD]


"La Fabrica de Tejidos Rio Blanco". [coll. JFD]


"La Fabrica de Tejidos Rio Blanco". [coll. JFD]


"La Fabrica de Tejidos Rio Blanco". [coll. JFD]


"La Fabrica de Tejidos Rio Blanco". [coll. JFD]


"La Fabrica de Tejidos Rio Blanco". [coll. JFD]


"La Fabrica de Tejidos Rio Blanco". [coll. JFD]


"La Fabrica de Tejidos Rio Blanco". [coll. X]


"La Fabrica de Tejidos Rio Blanco". [coll. PMC]


"La Fabrica de Tejidos Rio Blanco". [coll. JFD]


"Fabrica de Hilados Rio Blanco". [coll. X]


Façade intérieure. [coll. JFD]


A Rio Blanco, 6000 ouvriers travaillent treize heures par jour
pour un demi à deux pesos par jour. La sortie des ouvriers. [coll. JFD]

Les ateliers


Carding Room, Cotton Mills, Orizaba.
Stéréoview Keystone. [coll. JFD]


Fabrica Rio Blanco. [coll. X]


Fabrica Rio Blanco - Dpts Tejidos. [coll. PMC]


Fabrica Rio Blanco - Hilados. [coll. JFD]


Fabrica Rio Blanco - Cardas. [coll. PMC]


Fabrica Rio Blanco - Urdidores. [coll. JFD]


Printing Room, Cotton Mills, Orizaba.
Stéréoview Keystone. [coll. JFD]


Fabrica Rio Blanco - Estampadoras. [coll. JFD]


Fabrica Rio Blanco. [coll. JFD]


Fabrica Rio Blanco - Aprestos. [coll. PMC]


Fabrica Rio Blanco - Engomadores. [coll. JFD]


Fabrica Rio Blanco - Distribucion Alumbrado. [coll. JFD]

La vie autour de l’usine


Sur le site industriel, à proximité des ateliers, une véritable cité ouvrière a été construite
pour les employés, avec ses jardins, sa bibliothèque et son église. Les ouvriers reversent
ainsi une partie de leur salaire en loyer à la Compagnie. [coll. JFD]


La cité ouvrière de Rio Blanco [coll. JFD]


Casas de empleados. [coll. JFD]


Fabrica Rio Blanco - Casas obreros. [coll. PMC]


Fabrica Rio Blanco - Casas obreros (Drogueria). [coll. JFD]


Fabrica Rio Blanco - Calle a Tenango. [coll. X]


Fabrica Rio Blanco - Escuelas Municipales. [coll. PMC]


Fabrica Rio Blanco - Alameda. [coll. X]


Fabrica Rio Blanco - Templo Catolico. [coll. JFD]


Fabrica Rio Blanco - Templo Catolico. [coll. X]


L'église de Rio Blanco [coll. X]


Fabrica Rio Blanco - Vista parcial [coll. JFD]


Fabrica Rio Blanco - Vista sur. [coll. JFD]

En 1896, un autre groupe de Barcelonnettes créé la "Compagnie Industrielle Veracruzana" et construit à son tour une nouvelle usine à Santa Rosa.




Fabrica de Santa Rosa. [coll. JFD]


La CIVSA a pour emblème un coq hardi (la patte dextre levée) tenant une dague.
Quelle est l’origine et la signification de ce symbole héraldique ?

La Compagnie Industrielle d’Atlixco est fondée en 1899 avec des capitaux espagnols et français. L’unité cotonnière de Metepec, construite en 1905, emploie 1250 ouvriers. C’est la plus importante manufacture de l’Etat de Puebla.


Fabrica de Metepec. [coll. JFD]


Fabrica de Metepec. [coll. JFD]


Fabrica de Metepec - La centrale électrique. [coll. JFD]


Fábrica de Hilados El León. [coll. JFD]


Fabrica "El Leon" à Atlixco [coll. RM]

Les plus grandes affaires industrielles ont été vendues ou ont disparues; reste une fabrique de draps de laine aux mains des "Barcelonnettes" celle de Soria, fondée en 1918 dans la région de Guanajuato. Elle est dirigée par Robert Martel originaire de Barcelonnette.

 

L’industrie du tabac

En 1889, Ernest Pugibet fonde la manufacture de cigarettes "El Buen Tono". Elle va rapidement devenir la plus importante de toutes les fabriques de cigarettes établies au Mexique. En 1910, elle produit plus de 60% des cigarettes vendues au Mexique et emploie plus d’un millier d’ouvrières.


Fabrica de cigarros de "El Buen Tono". [coll. JFD]

L’activité bancaire

Les grands patrons Barcelonnettes se sont aussi intéressés au secteur bancaire où on les retrouve siégeant dans les Conseils d’administration des principales banques du pays. L’immeuble du "Banco Nacional" à Mexico dont Sébastien Robert fut l’un des premiers conseillés. Parmi les membres du Conseil d’admistration, on trouve également Joseph A. Signoret dont la signature figure sur plusieurs billets émis par cette banque.


Banco Nacional de Mexico. [coll. JFD]

Les français au Mexique


Vue d’ensemble de la colonie française de la ville de Guadalajara. [coll. JFD]


Le Pavillon du Cercle Français à Guadalajara [coll. X]


Un monument offert à la ville de Puebla (en voir plus sur ce monument). [coll. JFD]


Les français célèbrent leur Fête Nationale [coll. JFD]


Fête du 14 juillet 1909, loterie de bienfaisance [coll. JFD]

Les cimetières français

En 1889 la communauté des Barcelonnettes créé le cimetière français de Mexico "La Piedad". Ses nombreuses et riches scépultures en on fait un monument national à l’image du Père Lachaise à Paris.


Le cimetière français de Mexico. [coll. JFD]

Les bénéfices d'une entreprise de pompes funèbres permettent d’assurer l’entretien des deux grands cimetières français de Mexico. Ecoutons Hélène Da Costa dans " la chronique des Français de l'étranger " de RFI.


Le monument du cimetière français de Puebla (en savoir plus). [coll. JFD]

Les cartes postales du Mexique


Parmi les éditeurs de cartes postales du Mexique, on trouve "Les Fabriques de France",
grand magasin de nouveautés fondé en 1878 par Fortoul, Bec et Cie. [coll. JFD]

Le retour au pays

La plupart des émigrants qui ont réussi à faire fortune reviennent dans la Vallée où ils se font construire de somptueuses villas dans de grands parcs.


Les charpentiers à l’oeuvre sur le chantier de la villa bleue à Barcelonnette. [coll. JFD]


Appelés Barcelonnettes par les mexicains, ces riches propriétaires de retour
sur leur terre natale sont qualifiés ici d’américains ou de mexicains. [coll. JFD]


Un groupe de "mexicains" devant la villa François Albert.
(Document extrait du livre "Les Basses-Alpes" de Henri Joannet).


Barcelonnette est probablement la seule ville en dehors du Mexique où l’on trouve une avenue
Porfirio Diaz. Il faut dire que le Président mexicain à largement favorisé le développement
des entreprises françaises dans son pays. [coll. JFD]

 


A l’instar de leurs belles villas, certains "mexicains" vont se faire construire de luxueux
caveaux dans les cimetières de Barcelonnette, Jausiers, Tournoux ou Saint-Paul. [coll. JFD]

Lorsqu’éclate la Grande Guerre, 561 jeunes Barcelonnettes au Méxique sont mobilisés auxquels se joindront des mexicains pour s’enrôler dans l’armée française. On dénombrera 241 morts parmi ces jeunes et 11 mexicains. Leurs noms sont gravés sur ce monument au pied de la tour Cardinalis sur la place Manuel à Barcelonnette.


Plaque commémorative sur la Tour Cardinalis. [coll. JFD]

 

Commentaires (24)

1. BELLON Frans 20/03/2017

Info pour n° 20. bellon 15/02/2010
Dans mon étude généalogique "La famille BELLON dit BLEITON du
vallon de Fours" je trouve: Marius Régis Bellon (prénom usuel Marius?),
négociant en Mexique, né le 4.10.1850 à Barcelonnette (la Conchette), fils de Marie André (fils de Joseph fils de Pierre Louis fils de Joseph fils de
Julian ...) et Marie Antoinette Imbert.

2. GASTINEL Xavier 10/01/2015

Toujours aussi agréable de revenir se promener sur ce site ! Félicitations pour le travail accompli.
Xavier , un passionné de l'histoire de l'Ubaye , bien loin de ses terres d'origine à tahiti

3. Annette Mercier 04/09/2014

Viens de lire votre site. Intéressée par 2 photos, comptoir du magasin El gran oriental et las fabricas à Tampico. Famille Richaud de Seyne les Alpes france.Ma gd mère est venue à Rennes et une soeur marguerite et georges etaient a Chelles, une autre en franche comté . Une partie de la famille est partie à Mexico comme marchands de tissus.
Aimerait entrer en contact avec les descendants de cette famille Richaud

4. Geslain 18/07/2014

Belle page d'histoire locale,documentation exceptionnelle
cependant, dommage que ne soit pas évoqué l'affaire de Rio Blanco
connu par les historiens sous le nom de "Huelga de Rio Blanco" où la troupe de Porfirio Diaz alors Président du Mexique tira sur les ouvriers qui manifestaient pour obtenir des conditions de vie et de travail descentes.
Ainsi que le système de salariat mis en place où une grande partie du salaire étaient versé en bon d'achat dans les magasins des Barcelonnettes en particulier celui d"un nommé Garcin.

5. Levallois Michel 12/05/2014

Félicitations pour votre site. Je suis en train de préparer une biographie de mon grand père Henry Levallois. IL n'était pas Barcelonnette, mais il venait de Cayenne. Il a été directeur adjoint de l'usine de la CIDOSA à Rio Blanco, puis à Mexico entre 1911 et 1927. Sa femme Marie Le Boucher, ma grand mère est décédée en 1912 et a été enterrée au panthéon de Rio Blanco.
Je voudrais pouvoir illustrer mon propos destiné à ma famille par des photos. Serait-il possible que vous m'envoyiez, ou que vous m'indiquiez comment me procurer les photos de Rio Blanco?
Avec mes remerciements.
Très cordialement.
Michel Levallois , historien

6. Gravier 16/03/2014

La sœur de ma grand -mère ,morte , de suite de couches en 1908, est enterrée au cimetière Français de Mexico avec sa belle mère et certainement les membres de cette famille restée à Mexico . J'ai des photos de la sépulture . Ma grand tante enseignait le Français et son époux travaillait à la fabrique de Metepec ,planta électrica dont j'ai trouvé des photos sur votre site . Si quelqu'un pouvait me dire où m'adresser pour savoir si cette énorme sépulture existe encore au cimetiére " la Piedad" Merci

7. Juan Manuel Pons Guitiérrez 11/02/2014

Han hecho un trabajo maravilloso. ¡Felicidades! Intento hacer una investigación sobre mis abuelos: Jean Pons de Jausiers y Claudine Pons de St Paul quienes vivieron en Mineral de Pozos, Guanajuato, México en donde establecieron dos almacenes, uno llamado Las Fábricas de Francia y el otro Las Fábricas de París.

8. lilila 13/11/2013

dommage qu'on ne trouve pas de dates pour les photos..

9. signoret 02/12/2012

Nous avons bcp de documents de mon grand pere Gustave Signoret . Nous avons aussi bcp de documents recis et photo du Mexique et de la guerre de 14/18 faite par celui ci . Votre travaille est merveilleux car il me replonge dans mes racines longtemps mises en valeur par toutes ces noble valeur qui on fait en dehors de la fortune LA REPUTATION de notre fier et belle vallée.
Merci

10. Cedric 27/11/2012

Bonjour,

Je vous remercie pour ce travail d'archive tres interessant sur la precense des barcelonnettes au Mexique. Je suis en train d'ecrire un article sur l'immigration des barcelonnettes au Mexique et je voudrais agrementer mon article en mettant quelques unes de vos photos et images.

Cordialement

11. balese 24/01/2012

Quel travai ld'archive ! C'est tout simplement un travail remarquable que vous faites

12. soso 21/09/2011

c'est trop cool ce site (dedicace a jean perrin 2nde 1)

13. Emmanuel Tissot 28/08/2011

Mon ancetre de Barcelonnette, Ernest Bourrelly, emigra au Mexique en 1899. Il y epousa une Belge, Carlotta Egremont. Tous deux, ainsi que leur fils Ernesto Bourrely y Egremont resterent au Mexique. Si vous etes mon cousin mexicain, envoyez-moi un message. Je peux vous envoyer des photos de votre grand-pere lors de sa 1ere communion.

14. nicole 20/06/2011

bonjour
j ai mes ascendants qui étaient de BARCELONNETTE
et certains qui a l époque sont parti au MEXIQUE
et voudrai retrouver des photos
d un magasin de MAROQUINERIE de l époque
les propriétaires PROVENCAL
merci nicole

15. Monique Bordet Delauney 17/03/2011

Je suis à la recherche de la tombe de mon grand père Valdotain Noé BORDET mort au Mexique le 5 mai 1911 débarqué à Veracruz vers février ou mars de la même année et ayant travaillé dans des mines d'argent peut être celles de San Luis Potosi. J'ai pensé que sa tombe pouvait être dans le cimetière de ce village. En conséquence je m'adresse à Fernando de San Luis Potosi qui effectuait une recherche sur votre site et qui demeurait à San Luis Potosi.Peut -être pourra-t -il me répondre.
Merci de m'avoir permis d'utiliser votre site et encore bravo
Monique Bordet Delauney

16. Luz Maria Silva (site web) 13/02/2011

Felicidades por su sitio. Tiene muy buenas ilustraciones que muestran de manera muy agradable uno de los episodios más importantes de la economía mexicana: la construcción de las empresas barcelonnettes que dieron lugar a tiendas y fábricas entrañables e hicieron que nuestros antepasados tuvieran acceso a la comodidad y al lujo

17. Dany Chaline 18/11/2010

ci-joint un article sur les Barcelonnettesou l'on parle (tres peu) de Soria, mais si tu ne connais deja cet article je pense que cela peut t'interesser,
amicalement

18. David Serment 09/10/2010

Felicitations par votre site!!!! Je viens de souvenir une belle epoque de prosperité de nos ancetres.

J'ai aussi quelques photos et cartes postales de mon grand pere.
A+

19. Fernando 08/10/2010

Je suis à la recherche du nom de famille Serment, je suis de San Luis Potosi, au Mexique.
Je ne sais pas où le nom de famille, mon grand-père s'appelait Jésus Sebastian Serment.
C'est tout ce que je sais.

Merci.

20. Will 24/07/2010

BRAVO POUR VOTRE PAGE
MAGNIFIQUE
ON EST
DANS L AUTHENTICITE
DANS LE FOU DE L ENTREPRISE HUMAINE DES EMIGRANTS
DANS LE COMBAT POUR LA REALISATION DE SES REVES

BRAVO A CES EMIGRANTS ET BRAVO ENCORE POUR VOTRE PAGE.

JE NE SUIS NI DE BARCELONNETTE NI DESCENDANT DE, NI MEXICAIN

J ADORE LE MEXIQUE MAIS PAS POUR SES CACTUS..

QUAND ON VOIT CELA ON VOIT BIEN QUE NOTRE MONDE ACTUEL, BATI SUR
DU CONFORT
DU CONFORMISME
ET DE LA VIEILLESSE MENTALE,
EST FOUTU

J AURAI ADORE VIVRE A CETTE EPOQUE!!

MERCI ENCORE POUR CE VOYAGE

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau