La carte du mois de mai 2008

Le Monument Franco-Mexicain de Puebla

 

 

Le 7 janvier 1901 a été inauguré à Puebla un monument élevé à la mémoire des soldats français et mexicains morts sous les murs de cette ville en 1862-1863.
L'idée pieuse de ce monument, venant quarante ans après une guerre sanglante, consacrer la réconciliation spontanée des deux peuples, a germé, il y a quatre ans, dans l'esprit de M. Boulard-Pouqueville, chargé d'affaires de France au Mexique. Ce projet, accueilli avec enthousiasme par les membres de la colonie française de Puebla et par tous nos compatriotes établis au Mexique, a pu, grâce à leur concours pécuniaire, prendre corps. Le monument, dû à la collaboration du sculpteur Marcel Desbois et de l'architecte Morin Goustiaux, s'élève maintenant au milieu du cimetière français de Puebla.

Le groupe qu'a modelé M. Marcel Desbois est ainsi composé : au premier plan, un de nos zouaves et un soldat mexicain se donnent la main. L'ange de la paix les domine, la main droite appuyée sur l'épaule du zouave, la main gauche élevant au-dessus du soldat mexicain un rameau d'olivier, emblème de la paix.

 

L'inauguration du monument a donné lieu à une cérémonie particulièrement solennelle. Elle était présidée par le général Porfirio Diaz, l'un des combattants des anciennes luttes, l'un de nos adversaires d'autrefois, aujourd'hui le président respecté de la République mexicaine, homme d'Etat éminent, sous l'habile direction duquel la jeune nation mexicaine a pris dans le cours de ces dernières années un essor économique admirable.

C'est le président Porfirio Diaz lui-même qui a fait tomber le voile qui recouvrait le groupe. Un poète mexicain, tout vibrant d'enthousiasme, M. Andrès Ortega, a salué l'apparition de l'œuvre de M. Marcel Desbois en déclamant une ode très éloquente : " A la France immortelle ! " qu'il avait écrite tout exprès pour la circonstance. Deux discours ont suivi, prononcés tour à tour par M. Boulard-Pouqueville et par M. le général Porfirio Diaz qui ont exprimé en termes particulièrement chaleureux l'amitié réciproque des deux pays.

Enfin un avocat, M. Urrutia, a offert, au nom des vétérans mexicains, une médaille commémorative, en or, à la colonie française de Puebla.

Extrait du Journal "L'ILLUSTRATION" du 23 février 1901.

Lire l'étude très complète de Leticia Gamboa Ojeda : Une Nécropole assez singulière : Le cimetière français de Puebla.

 

Retour à la liste des archives